Recherger votre livre par le titre ou l'auteur


Home » » L’ouvrage complet pour comprendre et appliquer la pédagogie au quotidien

L’ouvrage complet pour comprendre et appliquer la pédagogie au quotidien

orthographe,faute orthographe,orthographe au quotidien,correcteur orthographe,4e,français,college,formation,apprendre,grammaire,écriture,dysorthographie,animated videos,french,school,dictée,collège,presentation software,animated presentation,dominances orthographiques,conjugaison,régularités orthographiques,animated clip,aide,cours,explainer video,orale,classe,école,facile
l’ouvrage complet pour comprendre et appliquer la pédagogie au quotidien

Description :

Favoriser la confiance en soi, développer l'autonomie, stimuler la concentration tout en permettant à l'enfant d'évoluer à son propre rythme et en toute liberté. telles sont quelques-unes des promesses de la pédagogie Montessori. Mais en quoi consiste cette méthode qui place l'enfant au centre des apprentissages ?

Ce guide a pour ambition d'expliquer les principes fondamentaux et les valeurs essentielles de la pédagogie de Maria Montessori et ce, en s'appuyant sur les récentes découvertes dans le domaine des neurosciences. Il décrit également le fonctionnement et la philosophie des différents établissements Montessori (crèche, écoles maternelle et élémentaire, collège, lycée) au sein desquels l'enfant se construit dans la confiance, la bienveillance et le respect. Mais la méthode Montessori ne se limite pas à la pédagogie mise en oeuvre dans ces écoles. C'est une philosophie de l'éducation que les parents peuvent mettre en place à la maison, dès la naissance de leur enfant, pour en faire un être autonome et responsable. Une boîte à outils pour les parents (mais aussi pour les professionnels de la petite enfance, les professeurs, les éducateurs, etc.) qui souhaitent mettre en oeuvre cette pédagogie au quotidien pour accompagner au mieux les enfants dès leur naissance, développer leur épanouissement, leur autonomie, leur confiance en soi et ainsi devenir des éducateurs bienveillants. Vous trouverez dans cet ouvrage complet : des informations pratiques pour choisir son établissement Montessori ; des conseils pour aménager la maison et ainsi mettre en place la pédagogie au quotidien ; des témoignages qui constituent de véritables retours d'expériences d'enfants, de parents, d'éducateurs, d'assistantes maternelles, etc ; plus de 70 activités, classées par tranche d'âge (de 0 à 12 ans), à mettre en pratique pour favoriser les apprentissages ; plus de 70 tutoriels pour réaliser le matériel nécessaire au développement de l'éveil ; une liste non-exhaustive des écoles Montessori en France ; les formations Montessori.

Qui est Maria Montessori ?
Maria Montessori est née à Chiaravalle, en Italie, le 31 août 1870. Elle est la fille unique de parents dévoués mais peu fortunés. L’Italie subit à cette époque une transformation sociale rapide, et la jeune Maria Montessori va devoir livrer une lutte incessante face aux préjugés moraux et à l’inertie intellectuelle de son entourage. Ainsi, ce ne fut pas sans rencontrer de nombreux obstacles qu’elle devint en 1896 la première femme à recevoir le titre de docteur de l’Université de Rome. Le 31 mars 1898, elle donne naissance hors mariage à son fils Mario, d’une liaison avec l’un de ses collègues, le docteur Montesano. Les pressions familiales l’obligent à garder cette naissance secrète, aussi Maria Montessori doit-elle envoyer Mario dans une famille près de Rome. Elle lui rendra très régulièrement visite, sans pour autant lui avouer qu’elle est sa mère, afin de ne pas ruiner sa réputation et de mettre un terme à sa carrière.

En 1900, elle est attachée à la clinique psychiatrique de Rome, dans laquelle les enfants dits « en retard » sont soignés avec les personnes dites « atteintes de folie ». C’est en voyant le triste sort réservé à ces enfants « différents » qu’elle va entamer son chemin vers la révolution de l’éducation, sans en avoir encore à cette époque la moindre idée. Elle se dit qu’en proposant une éducation différente à ces enfants, de bien meilleurs résultats seraient obtenus qu’en leur apportant uniquement des soins médicaux.

Travailleuse acharnée, elle jongle ainsi entre les opérations qu’elle pratique à l’hôpital, les salles de garde, les consultations qu’elle rend au domicile de sa clientèle aisée et le travail avec les enfants. Elle décide alors de ne pas prendre la même voie que celle de ses compagnons d’étude, à savoir la voie prestigieuse de médecin spécialiste, mais de devenir éducateur.

Elle accepte de prendre la direction d’une école orthophrénique,et se consacre entièrement à l’amélioration du quotidien des enfants qui y vivent par le biais de l’éducation. Elle s’inspire notamment des travaux de deux médecins français, Jean Itard et Édouard Seguin ; elle reprend et ajoute du matériel pédagogique au leur pour rendre les différents apprentissages accessibles aux enfants. Le jour, elle travaille auprès des enfants et, la nuit, elle analyse, étudie et relit ses notes pour aider toujours mieux ces petits êtres qui l’adorent.

À ce moment-là, Maria Montessori n’est pas encore connue. Mais un jour, un des enfants « arriérés » dont elle s’occupe passe l’examen des lycées avec de meilleures notes que bien des enfants « normaux » du système traditionnel. Et cela commence à se répéter, encore et encore, si bien que Maria Montessori se dit que le système d’éducation traditionnel ne permet certainement pas aux enfants « normaux » de montrer leur plein potentiel.

Elle décide alors de reprendre des études afin de pouvoir accompagner au mieux les enfants. Elle se tourne donc vers la philosophie, et plus particulièrement vers la psychologie enfantine, ainsi que l’anthropologie.Pendant sept ans, elle suit rigoureusement son plan d’études et visite des écoles primaires avec son regard de scientifique, dénué de jugements ou de préjugés.

À cette époque, la vie est très compliquée pour les habitants pauvres de Rome, qui vivent dans des conditions déplorables, dans une très grande misère. En 1906, Edoardo Talamo, promoteur immobilier, tente de résoudre leur problème de logement. Il fait construire de grands bâtiments dans le quartier de San Lorenzo pour les plus démunis, mais constate que les enfants qui ne vont pas à l’école sont livrés à eux-mêmes - leurs parents travaillent - et vandalisent les lieux. Aussi, plutôt que de sans cesse dépenser de l’argent pour réparer ce qui a été dégradé, Talamo cherche une façon d’éviter ces délabrements, et décide de regrouper tous les enfants dans une grande salle sous la surveillance d’une gardienne.

Ayant entendu parler de Maria Montessori, il lui propose la direction et l’organisation de ces groupements d’enfants, dans l’idée, au départ, que les dégradations cessent. Maria Montessori accepte avec joie, voyant là l’opportunité de travailler enfin avec des enfants « normaux », et de mettre en oeuvre tout ce à quoi elle a déjà pensé pour leur éducation. C’est alors que va naître, le 6 janvier 1907, la première Maison des enfants, plus connue sous son nom d’origine : Casa dei Bambini. Maria Montessori y fait installer des tables et des chaises à hauteur des enfants, et range du matériel dans une grande armoire fermant à clé.

Très prise à l’époque par d’autres activités d’enseignement et de recherche, Maria Montessori ne peut passer tout son temps à la Maison. Les enfants sont donc confiés à une femme extérieure au milieu de l’enseignement, qui lui fera des comptes-rendus lorsque Maria Montessori n’est pas disponible. Les observations dépassent tout ce qu’elle avait espéré. Comme elle l’avait présagé, l’enfant est capable d’apprendre par lui-même, de travailler dans le calme, de rester concentré longtemps. Mais à sa grande surprise, l’enfant est bien plus intéressé par le travail que par le jeu, il a besoin d’être valorisé, de répéter les actions, d’évoluer dans un lieu ordonné et silencieux.

Les apprentissages se faisaient même bien plus tôt que tout ce qu’elle avait imaginé. La lecture, par exemple, était plus facilement acquise avant 6 ans qu’après. Les récompenses et les punitions n’intéressent pas les enfants qui travaillent pour eux, parce qu’ils en ont profondément besoin pour leur développement. Le fait de proposer une observation scientifique dénuée de tout préjugé permettait aux enfants de se révéler, de rapidement devenir des êtres disciplinés, mais aussi libres et responsables de leurs actes.

Le succès de la Casa dei Bambini ne se fait pas attendre et de nombreuses personnalités affluent du monde entier pour venir la découvrir. Maria Montessori comprend que c’est en formant un maximum d’adultes que l’éducation des enfants pourra véritablement changer, tant à l’école qu’à la maison. Elle décrit sa méthode dans son premier livre intitulé La Pédagogie scientifique, paru en 1909. Il connaîtra un succès immédiat et sera traduit
dans une vingtaine de langues. Une centaine d’étudiants viennent assister à son premier cours de formation à la Città di Castello.

En 1911, la pédagogie Montessori devient une méthode d’éducation officielle dans des écoles publiques d’Italie et de Suisse. Et des écoles Montessori ouvrent en Angleterre, à Paris, en Inde, en Chine, au Mexique, en Argentine, en Corée et aux États-Unis.

Peu à peu, de plus en plus d’écoles Montessori ouvrent à travers le monde et l’on accourt de partout pour venir écouter Maria.

En 1915 a lieu l’Exposition internationale en Californie, et Maria Montessori y installe une classe montessorienne dans une construction en verre. Elle est dirigée par Helen Parkhurst, une de ses anciennes élèves. Les visiteurs - ils sont plus de 18 millions à se rendre à cette manifestation - peuvent s’installer et observer les enfants à travers les parois de verre. Cette initiative qui montre « l’enfant nouveau » gagnera les deux médailles d’or de l’Exposition concernant l’éducation.

Maria Montessori continue à publier des livres détaillant sa pédagogie pour que celle-ci soit bien comprise et puisse se répandre au maximum. Elle continue également à voyager, infatigablement, et à donner des cours à travers le monde tout en supervisant la création d’écoles. Des associations Montessori ouvrent aux quatre coins de la planète. En 1926, elle fait un discours à la Société des nations de Genève sur « l’Éducation et la Paix ».

En 1929, elle fonde l’Association Montessori internationale (AMI) avec son fils Mario (qui, depuis la mort de sa mère adoptive en 1912, vit avec elle) qui l’accompagne dans la diffusion de sa pédagogie. Le rôle de cette association est de superviser les écoles Montessori ainsi que la formation des professeurs. Tous deux persuadés de l’importance de ne pas disperser ni déformer la méthode, ils cherchent à trouver une solution pour qu’elle soit acceptée par les gouvernements et enseignée dans les écoles publiques sous la supervision de Maria Montessori.


Titre : l’ouvrage complet pour comprendre et appliquer la pédagogie au quotidien

auteur(s) : Cino, Emanuela; d’Esclaibes, Noémie; d’Esclaibes, Sylvie

size : 55 Mb

file type : pdf



Comments
0 Comments